jeudi, 30 mars 2017

Les toutes, toutes premières fois

Comment tout (ou presque) a commencé !

Nos tout premiers rires

(votes : 6)
Loading ... Loading ...
Posté par fabrice
 

- 99 000 ans !

rire-pano-prehistoire

Rira bien qui rira le premier

Même si le rire n’est pas totalement une exclusivité humaine, certains singes ont des rictus de rire par exemple, il est incontestablement une des marques de fabrique de la lignée humaine.  Son émergence est probablement liée à celle de la conscience, surtout pour ce qui est de l’humour.  Et comme le soulignait Alphonse Allais : « le rire est à l’homme ce que la bière est à la pression » !

 

Ne nous racontons pas d’histoire, celui qui est capable de fournir avec précision la date des tout premiers rires de l’humanité est un imposteur…ou un humoriste.

Et si l’on parlait sérieusement du rire…

Plus sérieusement, il est probable que la pratique sociale du rire émerge en même temps que la conscience de soi, une aptitude qui engendre d’autres formes d’expression comme l’art rupestre ou les sépultures.

Encore faut-il s’entendre sur la notion de rire qui va du rire émotionnel au simple rictus, en passant par le fou rire ou une forme beaucoup évoluée que représente l’humour.

D’un point de vue physiologique, le rire nécessite une certaine maîtrise du langage articulé. Selon certains scientifiques, le rire aurait pu même précéder le langage et donc prétendre à être la première forme de communication orale.

Si l’on va au-delà de la définition de Bergson « le rire : du mécanique appliqué sur du vivant », en prenant une conception plus sophistiquée, il est possible de situer les premières tranches de vraie rigolade entre 200 000 et 40 000 ans.

Le syndrome de la « vache qui rit » !

On dit communément que le rire est le propre de l’homme, pour citer la célèbre formule de Rabelais. Si l’on en croit les éthologues, cette assertion serait fausse. On sait que le rat –lorsqu’on le chatouille ou plutôt le ratouille- ainsi que certains singes sont rieurs.

Récemment, des enregistrements ont été réalisés à l’université de Portsmouth (Royaume-Uni) sur des jeunes singes (orangs-outangs, chimpanzés, bonobos et gorilles)[1]. On leur prodiguait des chatouilles. L’analyse acoustique prouve qu’il s’agit bien de rires : éclats de rire assez brefs mais sonores pour les orangs-outangs, plus longs pour les autres. mort_de_rire

Les bonobos par exemple ont la capacité de rire en expirant pendant plus de dix secondes. Cette faculté de prolonger la phase d’expiration en vocalisant n’est donc pas spécifique à l’homme comme on le croyait jusqu’à présent. Il n’y a donc plus de doute, le rire n’est pas l’apanage de l’homme, même s’il s’agit de rires « mécaniques »,  non intentionnels.

Rassurons-nous « la vache qui rit » reste une exception !

Soyons sérieux ! Pascal Picq, paléoanthropologue, considère que le rire fait partie du bagage ancestral commun aux singes et à l’homme, au même titre que la bipédie, la conscience, l’empathie ou les systèmes sociaux.

En cela il rejoint l’analyse de Darwin en 1872. Pour lui, l’ensemble des émotions s’exprime de manière assez comparable chez l’homme et les grands singes. Ces aptitudes potentielles remontent à notre ancêtre commun, Toumaï, apparu il y a environ 7 millions d’années.

De ce fait, on pourrait presque dire « rira bien qui rira le premier… »

 


Le rire : une histoire qui n’a pas toujours été drôle

Les premiers rires civilisés ont plutôt connu des grincements de dents. Car le rire et son compère plus caustique, l’humour, n’ont été vus avec bienveillance qu’à partir du XIIIème siècle, grâce à un chirurgien, Henri de Mondeville. Il prit le parti du rire en expliquant «que le corps se fortifie par la joie et s’affaiblit par la tristesse ».

Rire dans la société

Jusque-là : bonjour tristesse !

Qu’il s’agisse des philosophes grecs, Aristote, Platon, et même Socrate, le rire n’était pas leur tasse de thé. Il le trouvait laid, dégradant, autrement dit indigne des hommes car les détournant de la vérité. Le père de l’Eglise grecque, St Jean Chrysostome, estimait que le rire conduisait au péché.

Cette théorie fit son petit bonhomme de chemin jusqu’au Moyen Age, où les savants de l’époque vont qualifier le rire de diabolique. La preuve, selon eux : aucun rire de Jésus relaté dans les évangiles.

La réhabilitation du rire au XIIIème siècle durera le temps d’un soupir. Les siècles suivant ne seront en effet pas une partie de rigolade. On ne plaisante pas avec la Bible ! L’Angleterre protestante et la France catholique vont rivaliser pour diaboliser le rire. La reine Victoria ira même jusqu’à l’interdire dans les salons.

De l’autre coté de la Manche, au pays de la guillotine, on ne badine pas non plus avec le rire. Au lendemain de la révolution, il est admis qu’un « républicain ne rit pas ». Autre époque, autre révolution, mais même combat contre l’humour : pour Staline, « un peuple heureux n’a pas besoin d’humour ». Autrement dit, faites la guerre, pas l’humour !

Enfin, arrive le XIXème siècle. Les zygomatiques vont enfin pouvoir s’exprimer, pour le meilleur et…pour le rire !

Quoique, même si la tendance générale est à l’humour et à la dérision, rappelons-nous qu’un certain Staline considérait « qu’un peuple heureux n’a pas besoin d’humour », conception sans doute partagée par les assassins de Charlie-Hebdo.

Alors pour faire baisser la pression, laissons le mot de la fin à Alphonse Allais : « le rire est à l’homme ce que la bière est à la pression » :-) .

actualisé,  le 29 mars 2015

1 – Etude réalisée par Marina Davila Ross de l’Université de Portsmouth, primatologue à partir de 800 enregistrements de jeunes singes subissant des chatouilles sur le cou, sous les bras ou sous les pieds.


Pourquoi je n’ai pas mangé mon père de Jamel Debbouze  :

 


A lire pour aller plus loin :

  • Les bienfaits du rire sur Doctissimo. L’humour aurait un effet bénéfique sur notre corps ! Au point que les blagues constitueraient une véritable drogue dont nous ne pouvons pas nous passer ! Aucune chance de mourir de rire, au contraire !
  • Le Rire, sa vie, son oeuvre : Le plus humain des comportements expliqué par la science. Vous voulez tout savoir du rire ? Lisez ce livre. Robert Provine, le seul neurobiologiste au monde à étudier expérimentalement le rire depuis dix ans, répondra à toutes vos questions.
  • Le rire de Eric Smadja. Alors que l’on vante ses bienfaits – la valeur des thérapies par le rire, par exemple -, les préjugés attachés à cet acte essentiel semblent demeurer intacts. Qu’est-ce que le rire ? Pourquoi rit-on ? Et de quoi ? À travers la psychanalyse, la physiologie, l’éthologie, la littérature, la philosophie, l’anthropologie, cet ouvrage analyse toutes les facettes du rire. Pour rire en connaissance de cause !

 

Les tout premiers commérages

(votes : 3)
Loading ... Loading ...
Posté par fabrice
 

- 70 000 ans

pano bavardage-saturation2

Le roi du bavardage !

Il y a 70 000 ans, l’homo Sapiens, une des 6 espèces hominidés présentes alors sur Terre, se distingue par son commérage qui lui confère une capacité à créer du lien et à prendre du recul face à la réalité objective. A partir de là, Sapiens va prendre ses désirs pour des réalités !

Il n’y avait pas de véritables raisons face à ces concurrents, une demi-douzaine d’espèces, comme l’homme de Néandertal, très costaud, ou l’Homo erectus, à ce que l’Homo-sapiens parviennent à tirer les marrons du feu au point de les supplanter tous et de rester le dernier représentant des Homos.

Et pourtant, bien que cela puisse paraitre une futilité, il y eut un petit rien qui fit toute la différence : l’Homo sapiens avait la langue bien pendue.

Neandertal vs Sapiens

Neandertal vs Sapiens

Fédérer des communautés

Contrairement à ses condisciples, l’Homo sapiens, voici 70 000 ans, commence à parler de tout et de rien, à jacasser, à bavarder. Sans le savoir, pour la première fois, il tisse de liens fondés non pas sur une communication utilitaire comme la pratique d’autres espèces pré-humaines et mêmes certains animaux mais sur communication imaginaire.

Autrement dit, selon la thèse de l’historien Yuval Noah Harari(1), pour la première fois, une espèce vivante à la capacité à créer de la fiction, ce que n’est probablement pas en mesure de faire  Néandertal qui se limite à décrire la réalité.

Si vous rassemblez 10 000 chimpanzé au stade de France, il peut probable qu’il en ressorte autre chose que le chaos ; en revanche, avec le même nombre d’homo sapiens, une organisation va se mettre en place avec un but commun, même s’il s’agit d’hooligans !

L’instinct grégaire !

Et cela fait toute la différence. Car pour fédérer des groupes importants de personnes, au-delà de la centaine d’individus, les faire coopérer, les faire adhérer à un projet, il est nécessaire de partager des mythes communs qui sont le fruit de notre imagination.

L’histoire le démontrera que pour souder une communauté, il faut un idéal à partager et des ennemis communs. C’est l’instinct grégaire.

gregaire_resize

Ainsi vont voir le jour les croyances en Dieu, à la Nation, à l’argent, à des valeurs communes et même plus tard aux droits de l’homme…Bref, tout ce qui crée du lien et de l’espoir.

Plus tard, cela prendra la forme de ce qu’Harari nomme « le mythe du consumérisme romantique » qui dépassera les frontières et les religions. C’est le plus puissant mythe, selon l’auteur, que l’homme n’ait jamais créé.

Cette toute nouvelle façon de penser a peut-être vu le jour au coin du feu, une sorte de Caméra-café de la préhistoire. Lors de ces « soirées entre amis », cette nouvelle « race » d’hommes commence à tirer des plans sur la comète. l’Homo sapiens ne se contente plus de la description de la réalité, il veut la façonner selon ses désirs et créer ses propres histoires. Ainsi, naissent les premiers story-telling, qui deviendront la Comédie humaine.

D’une vision objective à une vision subjective

Comment sommes-nous passés d’une description objective des faits à une vision subjective qui ouvre la voie à la fiction ? Face cette question, aucune certitude. Il est possible qu’il s’agisse d’une mutation génétique accidentelle qui, en modifiant quelque peu le câblage interne du cerveau, a engendrer de nouveaux modes de pensée conduisant à une forme nouvelle de communication.

Tous les animaux vivent dans une réalité objective, tandis que l’homme, grâce à cette nouvelle capacité cognitive, est capable de vivre dans une double réalité, factuelle et conceptuelle et d’inventer sa propre « réalité ». C’est ce qu’on appelle l’intelligence.


Publié le 16 novembre 2015


Les  étapes clés de l’aventure humaine

  • Selon Yuval Noah Harari(1), 3 grandes révolutions ont marqué l’histoire de notre espèce:
    La révolution cognitive : Il y a 70.000 ans, comme on vient de le voir, Sapiens a commencé à avoir des comportements plus ingénieux qui lui permettent de créer du lien et de faire preuve d’abstraction.
  • La révolution agricole : il y a 11.000 ans. C’est le moment où l’on a commencé à faire de la nature ce qu’on voulait.
  • La révolution scientifique – Il y a 500 ans, Sapiens devient un apprenti sorcier. C’est le moment où il commence  à devenir dangereux pour la planète et pour lui-même.
  • On peut y ajouter une autre révolution :
    celle de la révolution économique qui a débuté il y a 300 ans environ. Sapiens imagine une des formes d’organisations les plus ingénieuses : la société à responsabilité limitée dont les bases sont posées en 1893 en Allemagne.

1 - Sapiens, une brève histoire de l’humanité, Yuval Noah Harari, professeur à l’université hébraïque de Jérusalem, Ed. Albin Michel


A visionner pour aller plus loin :

Les tout premiers grands-parents

(votes : 9)
Loading ... Loading ...
Posté par fabrice
 

- 30 000 ans environ

Papy fait de la résistance !

 

Dans la Famille « Homo-Sapiens », je recherche : les Grands-Parents !!

Incongrue, lors de l’apparition des premiers humains, il y a environ 200 000 ans, cette annonce devient envisageable à l’époque de l’homme de Cro-Magnon, voici 30 000 ans. Avec l’apparition des Grand-parents, qui est la conséquence de l’allongement de la durée de vie, la civilisation est en marche.

Pourquoi cette situation a-elle évolué et en quoi ce changement va-t-il être un élément-clé de l’évolution ?

Dans les populations anciennes, la proportion d’adultes qui vivaient assez vieux pour devenir grands-parents, c’est-à-dire des parents d’adultes en âge de procréer est extrêmement réduite. Par exemple, sur le site d’Atapuerca, en Espagne datant de 600 000 ans, tous les individus mouraient avant l’âge de 35 ans et très peu atteignaient cet âge.

Or chez les hommes préhistoriques, l’âge de procréation est estimé à 15 ans, on devient donc au mieux grands-parents à partir de 30 ans. Mais, comme on vient de le voir, la chance d’atteindre cet âge est restée très faible parmi les populations archaïques (1).

Le ratio vieux/jeunes, dénommé OY ratio (old-young ratio) par les paléo-démographes n’a guère évolué entre 3 millions d’années et 35 000 ans. Les jeunes représentant une écrasante majorité par rapport aux « adultes âgés », c’est-à-dire les individus dépassant les 30 ans;

Les vieux : un vrai coup de jeune pour l’évolution !

Miracle ! Subitement, au moment de l’apparition des premiers Européens modernes, il y a un peu plus de 30 000 ans (paléolithique supérieur), ce ratio vieux-jeunes connaît un véritable bouleversement. Il est multiplié par 5 ! Mieux, 65 % des adultes sont grands-parents. Il devient donc courant qu’un jeune soit accompagné par 2 adultes assez âgés pour être ses grands-parents, situation qui jusqu’alors tenait de l’exception.

On assiste donc pour la toute première fois dans l’histoire de l’humanité à l’avènement des grands-parents. Et c’est un véritable événement !

Cette longévité qui est restée quasiment stable et faible durant des centaines de milliers d’années, si l’on remonte à l’époque de Australopithèques (3 millions d’années), s’est donc accélérée soudainement.

Quelle en est la raison ? Cela résulte-t-il d’une évolution génétique, anatomique ou bien d’une évolution culturelle ? Selon Rachel Caspari, professeur d’anthropologie à l’Université de Central Michigan (Mount Pleasant, USA) Le phénomène semble avant tout culturel.

Les avantages de la multigénération

Quelles que soient les époques, les familles multi-générationnelles favorisent la transmission à leurs descendants de règles, de savoir-faire et génèrent de l’entraide. Par exemple, les grands-parents « préhistoriques » étaient probablement en mesure d’identifier les cousins éloignés ou de dire qui appartenait à la famille. Tout cela était bénéfique pour la lignée, la survie et donc l’allongement de la vie. Au final, cet allongement de la vie conduira à renforcer la cohabitation de différentes générations et à la densité des populations.

Avoir un papy ou une mamy pour s’occuper des enfants permettait aux parents de se libérer des tâches parentales. Lorsqu’on est pêcheur/cueilleur, ce n’est pas négligeable. Comme le souligne Mme Caspari « chez les premiers humains, les groupes qui avaient une forte proportion de grands-parents avaient un avantage du point de vue de l’évolution ».  Autrement dit, les grands-parents ont été un facteur positif pour l’évolution et notamment pour les hommes anatomiquement modernes.

L’hypothèse de la « grand-mère »

Cette théorie connue sous l’expression « L’hypothèse de la grand-mère » défend donc l’idée qu’avec l’accroissement sensible de la proportion des grands-parents dans la cellule familiale, les sociétés humaines vont devenir plus productives tout en renforçant le lien social. Autrement dit, on assiste à l’émergence des sociétés tribales et bientôt de la civilisation. Il s’agit donc d’un cercle vertueux qui va agir à la fois sur la démographie, la complexité culturelle et, plus tard, le développement commercial.

En effet, les aînés transmettent oralement des informations dans de nombreux domaines, culturels, techniques, familial. Grâce à cela les liens de parenté vont se développer ainsi que les principes d’entraide particulièrement nécessaires lors des coups durs qui ne manquent pas dans ces temps reculés !

Désormais, pour le plus grand bonheur des petits et des grands, papy va faire de la résistance !


Les grands-parents, pivots de la société.

Les grands-parents jouent un rôle clé dans la famille et représentent un point d’ancrage dans les familles recomposées. Ils sont plus de 80 % à garder plus ou moins régulièrement leurs petits-enfants (2). Cet îlot d’équilibre apparaît pour certains si important, qu’une association (3) propose de « prêter » des grands-parents à des enfants qui en sont « dépourvus ». Ainsi, en décembre 1998, Annick et Guy Righès ont été les premiers « grands-parents » d’adoption. Sans lien légal, ils sont devenus papy et mamy de Maxime et Matthieu, âgé respectivement de 4 et 5 ans à l’époque.

Papy et mamy « gâteau » ont été gâtés !


(1) Source : Pour la Science N° 410 – décembre 2011 – « Les grands-parents : un moteur de l’Evolution ».
(2) Enquête réalisée de 1992 à 1996, par Claudine Attias-Donfut, directrice de recherche à la Caisse Nationale d’assurance Vieillesse.
(3) Association créée en 1998 par Rémi et Michelle Joyaux.


A visionner pour mieux comprendre :


L’aventure des premiers hommes – Ep01 – L’afrique par alxka

 


A  lire par curiosité :

    • Pourquoi j’ai mangé mon père: Roy Lewis  – Pocket

      Utilisant avec réussite le principe ancien qui consiste à transposer dans une époque (la préhistoire), la pensée d’une autre (la nôtre), Roy Lewis nous conte les efforts de nos ancêtres les demi-singes dans leur lutte acharnée pour la survie et la prospérité de l’espèce. Voilà que nos ancêtres sont à la croisée des chemins, face à une nature hostile et à une foule de prédateur. Un tournant de l’évolution qu’il est crucial de négocier en douceur, sous peine d’extinction. Or, voilà qu’Edouard, hominien à l’esprit éclairé, découvre le feu. Une trouvaille qui sauve la famille certes, mais déplaît fort à son frère Vania, qui prédit la fin du monde, milite pour la viande crue et le retour dans les arbres… Roy Lewis fait ici de l’anachronisme sa seule loi et revisite avec brio les grands thèmes de société : l’éducation, le rôle de la femme ou l’éternel combat entre progressistes et réactionnaires. Il aborde également l’écologie, la famille et pose la question cruciale de la maîtrise du progrès technique par le biais de cette fresque grandiose, hilarante et moderne.

 

  • Histoire des grands-parentsde Vincent Gourdon, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, agrégé et docteur en histoire, chargé de recherche au CNRS et rédacteur en chef adjoint des Annales de démographie historique.Les grands-parents sont aujourd’hui des personnages essentiels dans la famille française. Nombreux, actifs, prêts à aider leurs enfants et petits-enfants, telle est l’image des « nouveaux grands-parents ». Mais jusqu’où peut-on parler de nouveauté ? Les générations passées ne profitaient-elles pas de la présence des aïeuls ? Etaient-ils des vieillards dépendants ou de solennels et distants patriarches ? A l’aide de nombreuses archives inédites – registres paroissiaux, recensement, autobiographies, codes de savoir-vivre – Vincent Gourdon remet en cause ces simplifications et retrace pour la première fois la longue histoire des grands-parents en France.

Explosion du Cambrien : les premiers pas de la diversité

(votes : 5)
Loading ... Loading ...
Posté par fabrice
 

- 541 millions d’années

pano-evolution

« Black, blanc, beurk ! »

 

Après 3 milliards d’années de vie primitive formée d’organismes minuscules, monotones et peu dignes d’intérêt, la vie devient soudainement exubérante, il y a 541 millions d’années. En quelques millions d’années, la plupart des embranchements des animaux actuels vont apparaitre. Comment s’est produit cette fulgurance biologique et la montée des eaux y est-elle pour quelque chose ?

Durant plus de 3 milliards d’années –la vie étant apparue sur Terre, il y a au moins 3 mds 800 millions d’années – la vie ne fait pas dans l’originalité, c’est le moins que l’on puisse dire.

Invisible à l’œil nu, elle s’accommode d’une vie plan-plan où tous se ressemblent. Micro-organismes sans queue ni tête ! Bref, à désespérer les créatifs mais aussi le Créateur.

Une frénésie de diversité

La Terre à l'époque du Cambrien

La Terre à l’époque du Cambrien

Vers 600 millions d’années, on constate un premier frémissement avec l’apparition des animaux à corps mou, caractéristiques de la faune dite d Ediacara.

Mais, il ne s’agit que d’un premier balbutiement. Le gros du phénomène est à venir, au début du Cambrien (1).

Soudain, sans crier gare, voilà que tout se déchaine subitement comme si l’on venait d’engager un petit génie de l’invention. Cela se passe il y a 541 millions.

Cette période digne d’un concours Lépine de l’innovation biologique est appelée par les spécialistes : l’explosion du Cambrien.

La vie moderne entre en scène

Là, les océans changent de manière spectaculaire. En moins de 30 millions d’années (entre -541 et 515 millions d’années), une goutte d’eau à l’échelle de temps géologique, la faune se diversifie de manière stupéfiante…et pas toujours avec bon goût !

Pour la première fois, la vie connaît donc la diversité. Et ce, à grande échelle. Pour la première fois, apparaissent les principaux groupes d’animaux dont seront issus la plupart des animaux d’aujourd’hui, l’homme compris. Pour la première fois, la chaîne alimentaire « moderne » peut se mettre en place.

Mais quel a bien pu être le déclencheur de ce bouleversement ?

La montée des eaux : une cause probable de cette explosion

Les facteurs sont évidemment multiples. Cependant, l’un des éléments déterminants a sans doute été l’élévation du niveau des mers à cette période (Cambrien inférieur).

Grâce à ce phénomène, les zones « habitables », c’est-à-dire celles situées sous l’écume des vagues, avant que la lumière naturelle disparaisse dans les grandes profondeurs, se sont considérablement développées.

Autre phénomène, et pas des moindres, est le produit de l’érosion qui lui aussi résulte de la montée des eaux. Les océans vont bénéficier d’un apport très important en calcium, phosphates et autres éléments qui vont favoriser la bio-minéralisation puis la diversité de la faune.

Une cascade de jouvence !

Une cascade d’événements, cascade de jouvence pourrait-on dire, qui va entrainer des boucles de rétroactions entre processus non biologiques et processus biologiques.

Cette explosion du Cambrien, et la diversité qu’elle a entrainé, n’a donc probablement pas une seule cause mais relève d’une combinaison d’événements dont le facteur précurseur pourrait être l’élévation des niveaux marins.

Dans ces zones inondées peu profondes, non seulement la vie n’a donc pas perdu pied mais aurait plutôt pris son pied !


1 – Le Cambrien s’échelonne du – 541 millions d’années à 485 millions.


A visionner pour mieux comprendre :

La toute première « charpente » ou le précurseur des vertébrés

(votes : 6)
Loading ... Loading ...
Posté par fabrice
 

- 505 millions d’années

Faunce de Burgess

Premiers de chordés !

Il y a 505 millions d’années, un petit animal effilé mesurant quelques centimètres seulement est doté d’un attribut que ses congénères n’ont pas. Une ébauche de colonne vertébrale dénommée chorde. Cela n’a l’air de rien mais c’est une révolution qui va bouleverser l’évolution des espèces, dont la nôtre !

Il ne ressemble à rien. En tout cas, ni à vous ni à moi. Pourtant, il faut s’en faire une raison, il est de la famille. Enfin, un parent, très, très, très éloigné mais un parent tout de même.

Il mesure 5 cm et c’est un vers aquatique qui a l’allure d’une petite anguille. Mais cet « individu » possède quelque chose que les autres n’ont pas, du moins pas encore. Une structure effilée cartilagineuse qui rigidifie son dos avec une symétrie bilatérale. Une ébauche de colonne vertébrale que les scientifiques nomment chorde.

Un être bien charpenté pour l’époque !

La chorde est une tige flexible s’étendant sur toute la longueur de l’animal. Celle-ci provient d’un tissu particulièrement concentré qui forme une sorte de charpente.

Cet être bien charpenté pour l’époque se nomme Pikaia (ou Pikaya ). Il a vécu y a plus de 500 millions d’années et fait partie de la faune dite de Burgess (voir encart).

Pikaia est probablement l’ancêtre des vertébrés, même si cela fait encore débat chez les spécialistes. Le tout premier spécimen d’une longue lignée (2) ; la lignée royale, comme le souligne Yves Paccalet (3), celle du phylum des cordés (ou chordés) qui mènera aux mammifères et donc à l’homme.

De ce point de vue, on peut dire qu’il était en avance sur son époque, Pikaia. Ce petit « vers » aquatique ou certains de ses cousins engendreront les précurseurs des poissons ou petits poissons des sables, comme les « lancelets » ou les « amphioxus ».

Une évolution ? Non, une révolution !

En réalité Pikaia donne le coup d’envoi à toute une série d’évolutions qui vont tout bouleverser : la façon de se mouvoir, de respirer, de se nourrir.

Il y a 488 millions d’années, plusieurs types de poissons primitifs évoluent dans les étendues aquatiques du globe. Ce sont des agnathes, des poissons dépourvus de mâchoire.

La respiration, à l’époque, s’effectue donc par les branchies. Ceci explique que notre trompe d’Eustache, qui fait communiquer l’oreille interne et la bouche, est un vestige de branchie. Cette curiosité remonte ainsi à cette époque.

De même, comme l’explique Alain Froment (1), nous avons hérité notre sacrum des poissons.

Il y a 375 millions d’années, pour la toute première fois, un gros poisson d’eau douce, le tiktaalik, s’aventure sur la terre ferme mue par des pattes. Il a troqué ses branchies pour des poumons et ses vertèbres se sont soudées pour renforcer les pattes postérieures. On a affaire à l’ancêtre des vertébrés terrestres, ou tétrapodes, un descendant du Pikaia.

Désormais, avec une charpente solide et une respiration à pleins poumons, la vie reprend son inspiration !

 » A partir d’un commencement aussi simple, un nombre infini de formes, toutes plus belles et plus merveilleuses les unes que les autres, se sont développer et continuent à évoluer »  s’étonna le célèbre naturaliste Charles Darwin (4) à propos de l’évolution des espèces. Cette remarque va comme un gant au Pikaia et à sa descendance, ne trouvez-vous pas ?

 Publié le 11 novembre 2013

Tout évolue

Tous les organismes, animaux et végétaux ont un ancêtre commun : LUCA. Luca signifie « Last Universal common ancestror ». Il n’en existe pas de fossile mais les indices de son existence découlent des liens de parenté entre les différents organismes vivants.

Comme on vient de le voir, les précurseurs des vertébrés apparaissent il y a 500 millions d’années, à l’époque de la Faune de Burgess. C’est à cette époque que se met en place tous les schémas d’organisation actuelle du vivant. C’est ce qu’on appelle l’explosion du Cambrien.

Il y a 125 millions d’années, apparaissent les placentaires, une sous classe des mammifères. L’embryon humain a une queue qui correspond au 6ème de son corps et qui disparait en laissant un résidu, le coccyx.

A partir du moment où l’homme découvre le feu, il y a  700 000 ans environ, son intestin va se modifie pour digérer ses nouveaux modes alimentaires. L’apport d’énergie que procure cette alimentation va permettre d’alimenter en énergie son cerveau en développement. De même que son cerveau s’est transformé, il y a deux millions et demi d’années, lorsqu’il s’est mis à tailler les premiers galets.

Sans aucun doute tout évolue et chaque être vivant de cette planète à une histoire qui finit à un moment ou un autre à nous rapprocher. Tout évolue et nous sommes tous « cousins » !

 


Le tout premier vertébré officiel

Si Pikaia annonce l’ère des vertébrés, le tout premier vertébré au sens strict du terme est un poisson blindé et édenté mais déjà doté d’un véritable squelette. Il remonte à 420 millions d’années. Son nom : Entelognathus primordialis.

Entelognathus primordialisSa tête et son corps étaient recouverts d’épaisses plaques tandis que sa queue portait des écailles. Ses mâchoires n’étaient pas encore dotés de dents, et ses petits yeux étaient enfouis dans de grandes et profondes orbites.

Cet ancêtre lointain de l’homme et de toutes les créatures équipées d’un squelette osseux (Ostéichtyiens) ne serait donc pas une sorte de requin primitif, poisson cartilagineux, comme on le croyait jusqu’à présent. Non, sa lignée provient de poissons caparaçonnés de plaques osseuses.

« Cette découverte étonnante porte un sérieux coup à de vieilles idées sur l’évolution des vertébrés », résume Brian Choo, de l’Institut de Paléontologie des Vertébrés de Pékin (ce fossile a été découvert en Chine en 2010), qui publie sa découverte dans la revue Nature.

A n’en pas douter, Entelognathus va rejoindre les quelques fossiles célèbres comme Lucy et quelques autres qui bouleversent notre vision de l’Evolution.

 

 


1 - Alain Froment, anthropologue, entretiens dans le magazine « Le point » N° 2133 du 1er août 2013, à propos de son ouvrage « Anatomie impertinente », publié chez Odile Jacob ;
2. Chez l’Homme, la chorde devient pleine au 18e jour du développement embryonnaire ;
3. « Le grand roman de la vie », P. 430 – Yves Paccalet – JCLattès – juillet 2009 ;
4- L’origine des Espèces – Charles Darwin – Ed. Garnier-Flammarion – 2008
5 – Reconstitution de Pikaia, en animation vidéo


A visionner :

 

 

Les premiers accouplements

(votes : 3)
Loading ... Loading ...
Posté par fabrice
 

– 375 millions d’années

Sea, sex and fun !

En matière de copulation, et d’une certaine manière de sexe, tout aurait commencé voici 375 millions d’années.

Une illustration du poisson Materpiscis Attenboroughi, qui signifie poisson-mère d'Attenborough

Dans ce domaine, les plus précoces seraient des poissons archaïques, des placodermes(1), dotés d’une sorte de cuirasse formée de plaques sur la peau. Les poissons cartilagineux (raies, requins) plus récents (350 millions d’années), à qui revenaient jusqu’ici le privilège d’ouvrir le bal des accouplements chez les vertébrés, se seraient ainsi faits coiffés sur le poteau par ces poissons primitifs.

Mesurant près de 30 cm, plutôt hideux, doté d’une mâchoire puissante, baptisés par les spécialistes de poissons de Gogo (2) ou Materpiscis, ce poisson qui n’a pas la gueule d’un jeune premier, va introduire une nouvelle façon de procréer, ouvrant des perspectives à la fois de plaisirs et d’efficacité sans égal dont nous sommes les héritiers.

Un accouplement très prometteur

Ainsi ces poissons allaient défrayer la chronique, si l’on peut dire, en démontrant justement qu’ils ne frayaient plus comme à l’accoutumée mais qu’ils étaient devenus vivipares. Autrement dit, pour la toute première fois, l’embryon allait se développer à l’intérieur de l’organisme maternel, bien au chaud et non plus dans un œuf déposé de manière désinvolte dans l’eau par la maman poisson, en attendant que celui-ci soit fécondé par le papa.

L’avantage de cette nouvelle « procédure » tient au fait que le bébé arrive au monde déjà bien formé. Ainsi, bien que la progéniture soit moins nombreuse que pour les espèces déposant des œufs dans un milieu extérieur, celle-ci étant plus robuste offre un avantage sélectif face aux prédateurs qui, à l’ époque, se comptaient par légions.

En effet, au Dévonien, les poissons, pour certains des monstres marins de près de 8 mètres,  se nourrissaient essentiellement d’autres poissons. Les minuscules « bébés » qu’engendrait la fécondation extérieure, malgré l’avantage du nombre que représentent des milliers d’œufs, étaient donc une proie trop facile. Tandis que la fécondation interne, produisant des petits plus costauds et surtout plus mobiles, est apparu comme un atout.

En mordre pour sa dulcinée

Mais ce n’est pas tout. Avec cette toute nouvelle façon de faire  » l’amour », il a fallu que le mâle s’accroche ! En effet, s’accoupler dans l’eau n’est pas si simple. D’où l’apparition des toutes premières mâchoires permettant au mâle de tenir la femelle durant l’acte sexuel. La femelle ainsi tenue, le mâle pouvait introduire le sperme au sein de sa dulcinée,  au moyen d’un organe de type ptérygopode utilisé aujourd’hui chez les requins, résultant de la transformation de la nageoire pelvienne.

Il est probable qu’à l’origine, les placodermes avaient recours à un organe équivalent pour féconder les œufs déposés dans le milieu aquatique et que, petit à petit, le couple s’est rapproché.  Et peut-être, à la manière des hippocampes, ils ont connu un phase intermédiaire où la grappe d’œufs s’est retrouvé portée par la femelle dans une poche incubatrice. Mais cela ne nous regarde pas !!

,

Ici, les ptérygopodes d'un requin, sorte de prolongation de la nageoire pelvienne

L’histoire ne s’arrête pas là. Nous, les être humains, hériteront, bien plus tard, de l’anatomie pelvienne issue des poissons de Gogo. Les ptérygopodes, évoqués plus haut, organe de transmission du sperme utilisé notamment chez les requins, deviendront nos pénis, tandis les nageoires se transformeront en hanches et en pattes postérieures. Tout n’est qu’une affaire de recyclage.

Faut-il conclure que notre appétit sexuel a pris naissance un beau jour du Dévonien, en croquant à belles dents le fruit défendu ? Cela ne vous rappelle pas une autre histoire ?


(1) Les placodermes ont été, durant 70 millions d’années, à l’époque du Dévonien, le groupe dominant du milieu aquatique avant de disparaître totalement. Ils sont les ancêtres notamment des requins, poissons osseux, dinosaures et des mammifères.
(2) Fossile découvert, par les équipes de John Long, en 2007,  dans la région de Kimberley, au sein d’un important récif tropical de Gogo, en Australie. Cette espèce de poisson qui est apparue au Dévonien supérieur (380 millions d’années) est aujourd’hui éteint. L’état du fossile a mis en évidence l’existence des premiers cordons ombilicaux.
Publié le 11 septembre 2011


A visionner pour mieux comprendre [en anglais] :


Pour aller plus loin :