vendredi, 15 décembre 2017

Les toutes, toutes premières fois

Comment tout (ou presque) a commencé !

Voir l’intérieur du corps sans l’ouvrir, pour la première fois

(votes : 10)
Loading ... Loading ...
Posté par fabrice
 

 

 

22 décembre 1895

Temps X

Le 22 décembre 1895 au soir,  Berta Röntgen, l’épouse du physicien Wilhem du même nom, tend sa main à l’histoire. Cette main tendue –durant près de 20 minutes, durée de l’exposition aux rayons X – marque un tournant inouïe dans l’histoire de l’humanité : pour la première fois, il est possible d’observer ce que contient l’intérieur du corps, en l’occurrence la main de Berta, sans pratiquer une ouverture ou une incision. Le Père Noël, en cette fin d’année 1895, a dans sa hotte un bien beau cadeau pour l’humanité : la radiographie.

La toute première radiographie : la main de Berta Röntgen

Cette découverte est presque le fruit du hasard. Wilhem Röntgen (1845-1923), scientifique allemand mais également féru de photographie, effectue des recherches sur les tubes cathodiques. Un jour, il s’apperçoit que des plaques photographiques protégées et enfermées dans un tiroir sont voilées.  Il réalise que celles-ci étaient situées à proximité d’un tube cathodique émettant des rayonnements. C’est ainsi qu »il découvre un type de rayonnement jusque alors inconnu. Un rayonnement qui traverse différents matériaux comme le verre, le papier et donc la peau mais en revanche, qui est stoppé par d’autres comme le plomb. Ce rayonnement, Röntgen le baptisera, rayonx X, en référence au symbole de l’inconnu en mathématique.

Rarement découverte aura une application aussi rapide. Dès le début de l’année suivante, en 1896, les tout premiers services d’imagerie médicale voient le jour. Quant à Röntgen, il reçut le tout premier prix Nobel de physique en 1901 et ne souhaita pas, pour des raisons humanitaires, déposer de brevet.

A partir des années 70, le principe des rayons X connaît un nouveau « rayonnement » grâce aux scanners. Depuis une vingtaine d’années, les outils de diagnostic médical deviennent de plus en plus puissants et précis. Aujourd’hui, on s’oriente vers la possibilité de découvrir le mal avant même qu’il se déclare. Ce n’est plus de la vision, cela devient presque de la voyance !

Les outils de l’imagerie médicale :

IRM : Imagerie par résonance magnétique excelle dans les images anatomiques
TEP : tomographie par émission de positrons (précurseur scintigraphie) montre l’activité des organes
PET-SCAN : combine la TEP et les scanner à rayons X
Fluorescence : permet de débusquer les cellules malignes grâce à leur « gourmandise » pour le glucose…


A regarder pour mieux comprendre :


A voir et à lire pour aller plus loin :

  • La 3D révolutionne la médecine – La 3D n’est pas l’apanage du cinéma ou de la télévision. En médecine, elle permet aujourd’hui d’améliorer très concrètement le geste du chirurgien. A l’avenir, notre dossier médical pourrait ressembler à un fichier numérique, comprenant le clone en 3D de notre corps et de nos organes… Un reportage et des vidéos publiés sur Nouvo.ch
  •  

  • OsiriX – Des Genevois dessinent la médecine du futur. C’est aux Hôpitaux Universitaires de Genève que l’équipe du Pr. Osman Ratib affine le plus fin outil d’imagerie médicale, conçu en open source. Des chirurgiens du monde entier l’utilisent déjà pour repousser les frontières du possible. Le programme se décline même sur iPhone… Un article publié par le quotidien suisse « Le Matin »
  •  

  • Le corps et son image : du diagnostic à l’esthétisme de l’imagerie médicale – L’évolution formidable des techniques d’imagerie médicale ces dernières années a changé fondamentalement la pratique de la médecine moderne. Des scanners de plus en plus performants permettent d’explorer le corps humain dans tous ses détails. Les performances des nouvelles techniques d’imagerie sont renforcées par de nouveaux outils informatiques de visualisation et de navigation en trois dimensions. A partir des images obtenues des scanners (CT, ultrasonographie, IRM ou PET), il est ainsi possible aujourd’hui, grâce à ces nouvelles techniques d’imagerie 3D, de reconstituer les organes et les structures internes du corps, en couleur et avec des degrés de transparence pour chaque différent niveau de tissus, avec un résultat d’un réalisme jamais atteint auparavant. Un livre passionnant et richement illustré que nous devons également au Pr. Osman Ratib. (à paraître le 4 novembre 2010)
  •  

  • Voyage à l’intérieur du corps humain – Une équipe de recherche de l’Ecole polytechnique féférale de Lausanne a réalisé un calculateur extrêmement performant par interconnexion de simples PC. L’application la plus spectaculaire de ce système est sans doute l’ « homme de verre », qui permet de faire un voyage sur Internet à la découverte du corps humain.

 




Sur le même thème :

1 commentaire

  1. balai a écrit,

    je trouve que votre site n’est pas a la hauteur des esperances des eleves de seconde

    Posté le 17 janvier, 2012 à 17 h 01 min

Ajouter un commentaire