vendredi, 15 décembre 2017

Les toutes, toutes premières fois

Comment tout (ou presque) a commencé !

Vers la suprématie de l’Intelligence Artificielle ?

(votes : 7)
Loading ... Loading ...
Posté par fabrice
 

Octobre 2015

match-IA-Humain-pano

Quand l’intelligence artificielle avance ses pions

Avec cette toute 1ère victoire remportée par un ordinateur au jeu de GO, une étape majeure dans la course à l’intelligence vient d’être franchie ! Est-ce le point de rupture qui marque le début de la fin de la suprématie de l’intelligence humaine ? L’avenir nous le dira !

Si l’intelligence (tout court) a fait ses tout premiers pas sur Terre, il y a plus de 3 millions d’années, comme l’affirme le paléontologue Yves Coppens, lorsqu’un hominidé a eu l’idée d’utiliser un caillou pour en transformer en autre en le frappant à l’aide du premier, il est plus difficile encore, semble-t-il, de dater l’avènement de l’Intelligence Artificielle.

Ceci est d’autant plus compliqué qu’il n’est pas aisé non plus de la définir. De manière imprécise, on évoque un dispositif fondé sur les mathématiques, les algorithmes et la sémantique dont les de compétences et de savoir-faire offrent une efficacité comparable voire supérieure à l’intelligence humaines(4).

L’Intelligence Artificielle a gagné ses lettres de noblesse

jeu-de-go_vignette

De ce point de vue et dans un registre spécifique, le pas semble définitivement et irrémédiablement franchi. L’intelligence Artificielle a gagné ses lettres de noblesse en remportant une victoire sans précédent sur l’intelligence humaine. En effet, le jeu de Go était le dernier jeu (de plateau) où l’homme battait encore la machine. Dorénavant, cette époque est révolue !

Tout s’est joué à Londres en octobre 2015. AlphaGo, le programme d’ordinateur de Google développé par sa filiale DeepMind, bat par 5 victoires à zéro le champion de jeu de Go européen, le Français Fan Fui.

Face à l’intelligence humaine, l’ordinateur s’est montré impitoyable en défiant pour la toute première fois, notre honneur. Car, c’est bien de cela dont il s’agit.

C’est un véritable exploit : le jeu de Go, inventé par les chinois il y a 3 000 ans, est considéré comme le jeu de société (dit de plateau) le plus complexe imaginé par l’homme. Le nombre de combinaisons dépasse l’entendement : 10 puissance 172, à comparer au 10 puissance 128 combinaisons du jeu d’Echec, soit des centaines de millions de milliards de milliards de milliards de milliards de fois plus ! (5).  Il est même supérieur au nombre d’atomes de l’univers. A titre de comparaison, le tout premier jeu vidéo, Tic Tac Toe en 1952 ne disposait que de 765 combinaisons possibles !

Après Deep Blue, une nouvelle Frontière vient d’être franchie !

garry-kasparov-face-deep-blue-IA

Il y a presque 20 ans (le 10 février 1996), se produisit déjà un tout premier exploit de l’intelligence artificielle. Le champion d’échecs, Garry Kasparov, perdait une première manche, avant de s’incliner, l’année suivante, lors de la revanche contre un adversaire beaucoup plus lourd que lui mais pas moins habile : Deep Blue d’IBM, une machine de 700 kilos, excusez du peu !

15 ans plus tard, en février 2011, le système d’Intelligence Artificielle d’IBM ; Watson(voir encart) remporte le jeu télévisé, Jeopardy ! qui consiste à trouver la question face à une réponse énoncée.

Cette fois, il s’agissait d’intégrer autant de connaissances qu’un être humain et de comprendre les questions, autrement dit le langage naturel.

Mais avec le jeu de Go, qui offre plusieurs centaines de positions à chacun des coups, une nouvelle étape est atteinte comme l’explique Tristan Cazenave, spécialiste de la programmation des jeux : « c’est le graal de l’intelligence artificielle, un des objectifs les plus durs à atteindre ».

Relativisons toutefois, d’autres jeux très intuitifs comme le Poker résiste encore en partie aux ordinateurs.

intelligence-artificielle-contre-homme

S’inspirer du fonctionnement du cerveau humain

Le principe de base de cette prouesse repose sur des techniques d’apprentissage automatique, dites deep learning et sur des réseaux de neurones artificiels. Le tout doté d’une puissance de calcul phénoménale comprenant un millier de processeurs(1). Tout de même !

Autrement dit, les algorithmes s’inspirent du fonctionnement du cerveau humain en utilisant les toutes dernières études des neuroscientifiques.

L’objectif, peut-être le plus ambitieux du millénaire, est de comprendre comme fonctionne l’apprentissage dans un cerveau humain et de réutiliser ces mécanismes pour enseigner « le sens commun » aux machines.

IBM, Google, Facebook, tous à la recherche du conceptuel

IBM, Google, Facebook et de nombreuses start-up, tous avancent sur le terrain de l’Intelligence Artificielle. Les progrès passent par la prise en compte de concepts et d’avancées sur le terrain de l’intelligence émotionnelle et affective.

Par exemple en 2012, Google a mis au point un programme permettant de discerner un félin, sans aucune aide humaine, après avoir passé en revue 10 millions d’images aléatoires provenant du Youtube.

Autre exemple porté par Yann LeCun (2), spécialiste de l’Intelligence Artificielle chez Facebook, la firme de Mark Zuckerberg travaille à la mise au point d’un assistant personnel en mesure de répondre à toutes questions posées en langage naturel par son interlocuteur. Quant à Microsoft, il lance un programme d’IA sur la plateforme de construction Minecraft (un monde virtuel où les joueurs bâtissent des décors et autres outils) avec comme objectif de tester un large éventail de capacité cognitives grâce à l’environnement « flexible » qu’offre Minecraft (5).

Résoudre les problèmes du monde réel, tel est le nouveau mot d’ordre qui hante les équipes de développement de l’I.A.

Gardons toutefois les pieds sur Terre, car comme le souligne Gary Marcus, l’un des spécialistes de l’Intelligence Artificielle : «L’intelligence artificielle est encore peu à l’aise dans le monde réel. La question clef –dont personne ne connaît la réponse pour l’instant– est de savoir si un succès au go va nous y amener plus vite.»(3)

Pour conclure, laissons le mot de la fin à l’un des cerveaux les plus brillants que l’humanité ait connu, l’astrophysicien Stephen Hawking qui exprimait en décembre 2014: « le développement de l’intelligence artificielle pourrait signifier la fin du genre humain(1) ».

Face à la compétition qui s’annonce entre l’homme et la machine, il reste malgré tout une lueur d’espoir : l’intelligence artificielle aujourd’hui est incapable de mentir…du moins de son propre chef.

Mais là aussi, rien n’est joué !

Mis à jour le 28 avril 2016

Quand l’Intelligence Artificielle rentre dans le jeu

jeopardi-IA

  • 1951 : Christopher Strachey conçoit le premier programme de jeu de Dames puis celui du jeu d’Echecs ;
  • 31 août 1955 : 4 experts de l’informatique balbutiante (McCarthy, Minsky, Rochester, Shannon), décident d’organiser un séminaire visant à simuler les manifestations de l’intelligence humaine ; c’est le vrai coup d’envoi de l’I.A.;
  • 1997 : Deep Blue d’IBM bat le champion du monde d’échecs, Kasparov ;
  • 2003 : Buggy bat N’Diaga Samb aux dames;
  • 2005, un robot remporte le Darpa Grand Challenge en conduisant de manière autonome durant 131 miles sur une piste sans connaissance préalable ;
  • 2011 : Watson, un programme développé par IBM bat largement 2 champions américains au jeu télévisé Jeopardy ;
  • Février 2015 : Deep-Q-Network (DQN) de Google bat un champion de jeux vidéos développés par Atari, au total 27 jeux vidéos des années 70 & 80 dont le célèbre Space Invaders ;
  • Octobre 2015, avec la victoire contre le champion d’Europe du jeu de GO, plus aucun jeu, dit de plateau, ne résiste aux « robots »
  • 15 mars 2016 : victoire finale  du programme de Deep mind  (4 manches à 1) contre le  Sud-Coréen Lee Sedol, numéro 3 mondial du jeu de GO

Pas si élémentaire que ça, mon cher Watson !

IBM_Watson

Watson le logiciel d’intelligence artificielle d’IBM est capable face à un volume considérable de données, d’extraire ce qui fait sens dans le cadre d’un domaine donné(4).

Ainsi, Watson après avoir « digéré » un volume considérable de données médicales,  publications scientifiques, études des laboratoires, rapports établis par les médecins, documents relatifs aux protocoles..)  est en mesure de conseiller le médecin sur le traitement le plus approprié pour son patient.

Sur certains registres, comme la capacité à ingurgiter des données non structurées phénoménales et à en extraire rapidement quelque chose d’exploitable, Watson surpasse l’intelligence humaine. D’autant, qu’il a la capacité, dans son domaine, d’auto-apprentissage.

 


1 – Intelligence Artificielle : Google a battu un champion au jeu de Go – Les Echos – 27 janvier 2016
2- « le jeu de Go, paroxysme de la guerre entre Facebook et Google sur l’Intelligence artificielle ;
3- « L’intelligence Artificielle nous a battu au jeu de Go mais encore loin de régner sur le Monde » : http://www.slate.fr/story/113411/intelligence-artificielle-go
4- « 2016, l’année de l’Intelligence Artificielle ? – La Tribune – 2 février 2016
5 – Science & Vie N° 1184 – Mai 2016 – p.98 &99


A visionner pour mieux comprendre :




Sur le même thème :

Ajouter un commentaire