dimanche, 28 mai 2017

Les toutes, toutes premières fois

Comment tout (ou presque) a commencé !

Les tout premiers documents écrits

(votes : 15)
Loading ... Loading ...
Posté par fabrice
 

- 3 500 ans

ecriture-cuneiforme-pano

C’était écrit

Les tout premiers écrits avérés remontent à plus de 5000 ans. Ils se limitent aux chiffres et au lettres, autrement dit, des documents administratifs et commerciaux. Il faudra attendre encore 1000 ans pour qu’apparaissent des textes plus poétiques et romancés.

Les tout premiers textes que nos ancêtres nous aient laissés sont du style « 29086 mesures orge 37 mois Kushim ». Ce qui signifie probablement :  » Un total de 29086 mesures d’orge a été reçu en 37 mois. Signé Kushim » (1).

les-premieres-ecritures

Le stockage de l’information sur support pérenne

Malgré leurs contenus peu philosophiques ou poétiques, ces tout premiers écrits de l’humanité vont évidement faire couler beaucoup d’encre. Pour la première fois, l’homme était capable de stocker de l’information sur des supports matériels, solution bien plus fiable et robuste que la simple transmission orale jusqu’ici en vigueur .  

 

Officiellement donc, l’écriture fait son apparition, il y a plus de 5000 ans, en différents endroits du globe, en Mésopotamie, Égypte, un peu plus tard en Chine et Amérique. On s’appuie sur des traces indubitables, reposant sur des matériaux dont la robustesse de conservation a permis de perdurer jusqu’à nous.

Il n’est donc pas impossible que l’apparition de l’écriture, sur des rouleaux d’écorces par exemple, soit nettement plus ancienne, pourquoi pas 20 000 ans ? Hélas, ces supports n’ont pas la même qualité de conservation.

Tablette d'Ourouk, une des premières traces d'écriture. Signes gravés avec la pointe d'un roseau sur des tablettes d'argile. Ces signes sont en forme de clous ou de coins d où le qualificatif de cunéiforme.
Tablette d’Uruk, une des premières traces d’écriture. Signes gravés avec la pointe d’un roseau sur des tablettes d’argile. Ces signes sont en forme de clous ou de coins d’où le qualificatif de cunéiforme.

Les tablettes sumériennes

Revenons donc aux plus anciennes traces scientifiquement reconnues. Elles proviennent d’Uruk, au sud de l’Irak actuel. Elles sont datées aux environs de 3500 ans avant notre ère, tandis que celles d’Egypte remontent à 3300 ans.

Il s’agit de tablettes sumériennes recourant à une écriture pictographique sous forme de dessins très stylisés. Par exemple, une tête de bœuf pour représenter cet animal ou un triangle pubien avec le trait d’une vulve pour désigner une femme.

Comme on l’a vu, l’origine de l’écriture correspond avant tout à un besoin commercial qui permet de conserver une trace des échanges comme les produits laitiers ou céréaliers ou de procéder à l’inventaire de troupeaux.

Premier recueil de lois : le code Hammourabi

Assez rapidement, apparaitra un besoin voisin qui vise à fixer de manière écrite les règles de la vie en société.

Le tout premier recueil de lois, qui nous est parvenu, est rédigé vers 2000 avant J.-C., c’est le code Hammourabi. Il contient déjà 285 lois, d’une clarté remarquable.

Heureusement, l’écriture ne va pas se cantonner aux seules règles, qu’elles soient de calculs ou de droit. Peu à peu on va se permettre de représenter des préceptes religieux et des idées.

L’écriture passe des comptes aux contes

Ainsi, l’écriture va passer des comptes aux contes, car désormais le document « administratif » va côtoyer les écrits poétiques ou littéraires (cf. – 2600 ans).

L’une des formes les plus abouties seront les Alexandrins, vers de 12 syllabes, qui seront utilisés pour la première fois dans le Roman d’Alexandre, (Alexandre Le Grand, d’où leur nom), au XII/ XIIIème siècle avant J.-C.

Cette évolution s’amorcera vers le milieu du IIIème millénaire grâce à la notion de phonogrammes, c’est-à-dire des signes correspondant cette fois à des sons (et non plus à des images), sur le principe d’un signe pour une syllabe.

Pour représenter ces « signes-son », l’écriture va devenir cunéiforme (du latin cuneus= clou, ressemblant à des petits clous). Le premier alphabet de l’humanité sera basé sur cette technique et comportera 32 signes. Il sera phénicien (nord de la Syrie).

Curieusement, dans l’empire des idéogrammes qu’est la Chine, on retrouvera des traces de cette écriture.

Mis à jour le 16 octobre 2016

 Glozel, ou le village gaullois qui prétend avoir inventé l’écriture !

Pour la paternité de l’invention de l’écriture, face aux Phéniciens ou autres chinois, il y a un village gaulois qui fait de la résistance : Glozel, dans l’Allier. Et cela depuis le 1er mars 1924.

ecriture-de-glozel

L’écriture de Glozel

Ce jour-là, un jeune agriculteur en labourant le champ de son père met au grand jour de curieux objets comme des aiguilles taillées dans l’os, des galets gravés de rennes ayant disparu de ces contrées depuis plus de 10 000 ans.

Parmi ces vestiges, des tablettes d’argile frappées d’un alphabet inconnu. Différentes méthodes de datation vont être appliquées jusqu’aux années 80 donnant des résultats très hétéroclites allant jusqu’à dater certaines pièces de 17 000 ans.

Difficulté de datation, doutes de l’authenticité des objets, terrain peu favorable à la conservation, alimentent la polémique, dont certains pensent qu’on a essayé de « fabriquer » une civilisation.

La controverse continue de faire rage entre pro-glozéliens et anti-glozéliens avec, comme enjeu, une Europe qui reprendrait ses « lettres de noblesse » face aux peuples du Proche-Orient pour une invention de l’écriture remontant à plus de 10 000 ans.

Un écrit du cœur !


 L’écriture : à chacun son école

Le système sumérien mêlait 2 types de signes :
- Un type de signe représentait les chiffres. Il y avait des chiffres pour 1, 10, 60, 600, 3600 et 36000.
Les sumériens employaient une base 6. La division des heures, construit sur une base 60, fait partie de leur héritage.
- L’autre type représentait des hommes, des animaux, des marchandises, des territoires, des dates.

L’écriture andine utilisée par l’Empire Inca, beaucoup plus récente, (elle avait cours au XII ème siècle et encore lors de l’invasion des espagnols), était très différente et on peut même se demander s’il s’agit vraiment d’une écriture (1).

système d'écriture des Incas : le Quipu

Elle utilisait des nœuds sur des cordes colorées : les quipus. Chaque quipu consistait en multiples cordes de laine ou de coton et de couleurs différentes.

Sur chaque corde, divers nœuds étaient noués à des places différentes. Un même quipu pouvait compter des centaines de ficelles et des milliers de nœuds.

En combinant divers nœuds de ficelles aux couleurs différentes, on pouvait enregistrer de grosse quantité de données mathématiques concernant par exemple la collecte des impôts. C’était un langage très puissant.

Lors des premières années de conquête, les consquistados espagnols y eurent même recours pour administrer leurs nouveaux territoires.


1- « Sapiens, une brève histoire de l’humanité », p. 151 & p. 154 - Yuval Noah Harari – Ed. Albin Michel, 2015


A visionner pour mieux comprendre :


 

A visiter et à découvrir pour aller plus loin :

 

  • Le musée des écritures du monde de Figeac : c’est dans la maison natale de celui qui a su traduire la pierre de Rosette que le musée est installé. A l’origine axé sur les hiéroglyphes, le musée est maintenant étendu aux 5300 ans qui ont fait l’écriture.
  • Naissance de l’écriture: Cunéiformes et hiéroglyphes : [exposition], Galeries nationales du Grand Palais, 7 mai-9 août 1982 L’écriture, représentation de la pensée et du langage humain, est un moyen durable et privilégié de communication entre les hommes. Les plus anciens témoignages écrits qui nous soient parvenus proviennent du Proche-Orient : deux pays, deux civilisations différentes, la Mésopotamie et l’Egypte, ont inventé l’écriture presque simultanément, voilà plus de 5 000 ans. L’écriture fait revivre ces civilisations disparues. Elle nous informe sur leur vie quotidienne, leurs grandes inquiétudes, leur histoire ainsi que leur science. Leur littérature constitue le plus vieux patrimoine culturel qu’ait hérité la pensée occidentale.
  • Histoire et art de l’écriture Les amoureux des alphabets, pictogrammes, idéogrammes et calligrammes retrouveront le peuple immense des LETTRES dans cette somme qui rassemble le corps et l’esprit des écritures. Quelque quatre cents écritures, vecteurs d’environ six mille
    langues et/ou dialectes, sont resituées dans leurs origines, leur histoire et leur contexte.
  • La naissance des écritures: Du cunéiforme à l’alphabet



Sur le même thème :

Ajouter un commentaire