mardi, 13 novembre 2018

Les toutes, toutes premières fois

Comment tout (ou presque) a commencé !

Les tout premiers baisers

(votes : 11)
Loading ... Loading ...
Posté par fabrice
 

- 3800 ans

bisou-poisson-pano

Bons baisers de Lucy !

On le dit inné, vieux comme le monde, multiformes, multiculturel, multi-générationnel, capable de faire battre la chamade au plus endurci, de réaliser un échange de millions de bactéries le temps…d’un baiser. Quand, comment et pourquoi a-t-on embrassé pour la première fois ?

La toute première évocation du baiser est indienne et remonte à 1500 ans avant notre ère. Elle est rapportée dans les textes sanskrits védiques évoquant l’idée de « se renifler avec la bouche » (1), car aucun terme à l’époque ne permet de désigner le baiser.

Mastaba_of_Niankhkhum_and_Khnumhotep

Cependant, les toutes premières représentations de baisers, des couples s’embrassant sur la bouche, figurent sur des fresques égyptiennes remontant à plus de 3800 ans (2).

S’il s’agit là de traces avérées et datées ; à l’évidence la pratique du baiser est bien antérieure et de surcroit n’est pas l’apanage de l’espèce humaine ; elle ne se résume pas non plus au baiser amoureux ou romantique. Il y a le baiser amical, affectueux, social, maternel, rituel, protocolaire, langoureux; bref plein de bisous !

Le baiser : un langage ancestral et presque universel

Dans le monde animal, chez les primates, les oiseaux mais aussi chez certains insectes, on note de nombreuses pratiques de baiser labial ou intrabuccal qui visent à nourrir les petits sous une forme de becquée, avec une pré-mastication des aliments.

Ce comportement, très courant chez les singes, peut prendre une forme affective comme chez les bonobos qui n’hésitent pas à jouer avec leur langue.

Pour certains anthropologues, « les hommes préhistoriques » ont employé les mêmes pratiques de mastication pour nourrir leurs bébés. Ils estiment également que les humains de cette époque se léchaient probablement le visage entre eux pour en absorber le sel ce qui favorisait leur survie.  Etait-ce déjà le cas de la célèbre Lucy, l’Australopithèque âgée de plus de 3 millions d’années ? On le saura vraisemblablement jamais.

Le baiser : le couteau suisse de la communication

Les premiers baisers remplissaient donc plusieurs fonctions, liées à la fois à la sexualité à l’instar d’une parade sexuelle, à une manière de fraterniser mais également à des mesures d’hygiène, issues de rites de toilettage.

tableau-baisers-resize

Des ethnologues, observant des cultures ancestrales notamment de tribus africaines, voient dans la pratique du baiser un dérivé l’inspiration mutuelle de l’haleine symbolisant l’union ou la fusion des âmes (3).

Mais ne nous y trompons pas, jusqu’au XIXème siècle (et même encore aujourd’hui), le baiser dit amoureux n’était pas si répandu que cela à travers la planète. De nombreuses civilisations, en Afrique, en Asie et Australie, en ignoraient tout de ces pratiques au point de les redouter comme cette princesse africaine qui pensait que son amoureux voulait la dévorer en cherchant à l’embrasser (5) (8).

Bref, même s’il est loin d’être adopté par toutes les cultures, le baiser apparait si l’on prend toutes ses formes comme le bisous que l’on fait à son bébé un langage quasi universel pratiqué depuis la nuit des temps (6).

« Le baiser est la plus sûre façon de se taire en disant tout », si l’on reprend la formule de Maupassant (7)

Les bisous et la science

Les études scientifiques démontrent que le baiser sur la bouche, en échangeant haleine et salive, permet aux partenaires de collecter des informations chimiques et biologiques.

Le psychologue évolutionniste Gordon Gallup de l’Université d’Albany (U.S.A) va plus loin. Pour lui, le baiser amoureux nous fournit des informations olfactives sur l’ADN du partenaire et son statut reproductif.

Mieux, les endocrinologues ont constaté que les femmes, via le baiser, testaient inconsciemment le système immunitaire de leur partenaire, ou du moins une partie appelé « complexe majeur d’histocompatibilité » (CMH) et qu’elles étaient attirées par les hommes possédant un CMH différent du leur, gage de vitalité de leur future progéniture !

Ceci explique, en partie, que 59% des hommes et 66% des femmes mettent fin à une relation à cause d’un baiser trop décevant (4).

Un baiser pour la vie

Le baiser est aussi un marqueur universel et impérissable de notre vécu. Des études soulignent que nous souvenons plus précisément de notre tout premier baiser que de n’importe quelle autre première fois de notre vie, même sexuelle ! (1)

Pour les neuroscientifiques comme pour Darwin, pour qui se picorer les lèvres était un acte inné, encodé dans nos gènes, nous sommes programmés dès le plus jeune âge pour associer ces émotions positives avec le contact labial.

Bien que nous ignorerons toujours quand et où se sont produits les tout premiers baisers de l’humanité, cela crève les yeux que la plupart des humains ont une envie irrépressible et instinctive de se lier de cette manière, selon des styles et des manières inhérentes à nos cultures et à nos expériences.

Grâce au baiser, nous embrassons le monde, notre monde !

Publié le 30 Janvier 2016

Le baiser à travers les âges

  • Au commencement était le « Baiser » de la bible : « Alors Yahvé Dieu modela l’homme avec la glaise du sol, il insuffla dans ses narines une haleine de vie et l’homme devint un être vivant »;
  • 1200 avant notre ère : Selon Plutarque, s’embrasser sur la Bouche remonterait à la guerre de Troie et serait une initiative des femmes  pour calmer la colère des hommes après avoir incendiés leurs bateaux ;
  • 1er siècle avant notre ère : les Romains pratiquent allégrement le baiser, en privé comme en public, en couple hétérosexuel mais surtout homosexuel ;
  • Premiers siècles de notre ère : le bisou chrétien est un bisou de paix qui a aussi pour vocation d’être un signe de reconnaissance, c’est l’oscuium pacis qui perdurera au Moyen-Age ;
  • Au Moyen-Age, le baiser se répand sous différentes formes. Il y a l’osculum, un bisou entre seigneurs et vassaux qui permet de sceller le pacte de protection contre soumission par un baiser sur la bouche ; il y a aussi le baiser des chevaliers (2) qui est une preuve d’amitié et d’attachement tout comme le fait de dormir dans le même lit;
  • La Renaissance marque un tournant dans la pratique du baiser. Fini le baiser féodo-vassalique ou celui des chevaliers, terminés aussi les baisers public, à la fois coupables et victimes des épidémies, place aux baisers mondains comme le baisemain ou aux baisers érotiques qui préfigure la montée en puissance du libertinage ;
  • Au XIXème siècle, l’époque est à la chasteté ou du moins à l’intimité ; le bisou ne s’extériorise pas, enfin pas encore; C’est aussi l’époque du baisemain, l’une des rares formes de baiser asymétrique (7)
  • Le XXème siècle, verra peu à peu le baiser se libérer de toute entrave ; d’abord au cinéma avec le baiser hollywoodien puis à partir de 1968, le baiser partout et maintenant avant de perdre son article : baiser partout et maintenant !
  • Au XXI ème siècle, sur 168 culture étudiées, seules 77 % pratiquent le baiser amoureux.

Des expressions à la pelle pour évoquer le baiser !

Baiser protocolaire entre Brejnev et Honecker

Baiser protocolaire entre Brejnev et Honecker

Rouler une pelle, c’est l’allusion au mouvement de la langue mais c’est aussi l’évolution du mot pelle qui est dérivé du mot ploter  (on roulait un pélot ou un palot ou un pelot), qui lui-même  vient de patiner : on disait patiner au lieu de dire peloter (XIX ème siècle) : « caresser avec insistance ».

Quant au French Kiss, l’expression vient de la Libération;  les américains ont découvert à travers les Françaises des mœurs qui étaient plus libres que dans leur pays.

A l’époque Romaine, il y avait 3 expressions pour évoquer le baiser : l’osculum, ce qui correspond à la bise d’aujourd’hui, le basium, un bisou d’affection pratiqué entre époux ou membres de la famille, le savium, qui correspond au bisou amoureux ou romantique d’aujourd’hui, avec insertion de la langue.

Parmi les baisers célèbres, on trouve également le fameux baiser nez à nez de l’esquimau ou  le baiser slave qui revêt plusieurs aspects dont le plus connu est le baiser protocolaire, entre dignitaires par exemple (8).

Terminons par  un  extrait  de la  chanson de Pierre Perret intitulée Les Baisers (1968) :
« Y a dans mon dictionnaire usé / La définition du baiser / […] Braves gens je vais vous dire la mienne / Car un baiser c’est du fuego / […] Et les vieux schnoks de l’Académie / Devaient encore être endormis. »


Quand on aime, on ne compte pas !

Quand on aime, on ne compte pas, il faut malgré tout savoir qu’au cours d’un baiser, d’une dizaine de secondes :

  • On échange en moyenne 40 000 parasites,
  • et 80 millions de bactéries,
  • de 250 types différents,
  • 9 mg d’eau,
  • Et 0,45 mg de sel.
  • On consomme, 4 calories par minutes.
  • Le baiser sollicite 34 muscles du visage

kiss-resize2


1 -  http://www.courrierinternational.com – 14 février 2012 – tout-tout-tout-vous-saurez-tout-sur-le-baiser
2 –
 http://www.atlantico.fr/decryptage/surprenante-histoire-baiser-bouche-travers-ages-et-civilisations-2256738.html
3 – Zorica Tomić, Le baiser en voie de disparition ?, L’Âge d’homme,‎ 214, p. 14, cité dans Wikipédia (https://fr.wikipedia.org/wiki/Baiser);
4 - www.terrafemina.com
5 - Savage Africa, – 1864- de l’explorateur britannique William Winwood Reade, mentionné dans le Courrier International du 14 février 2014
6 -  http://passeurdesciences
7- « Le Baiser Peut-être » – Belinda Cannone – Ed. Alma Pabloïd – rapporté dans Libération 20 septembre 2011
8 – « Les fonctions rituelles et mythologiques du baiser chez les slaves de l’est » – Andrei Toporkov


A visionner , le baiser au cinéma :




Sur le même thème :

Ajouter un commentaire