lundi, 27 février 2017

Les toutes, toutes premières fois

Comment tout (ou presque) a commencé !

Les premières monnaies ou l’essor de la confiance

(votes : 5)
Loading ... Loading ...
Posté par fabrice
 

- 3000 ans

monnaie-pano

« Par ici la monnaie ! »

Avant il y avait le troc, mais c’était avant ! Il y a 5000 ans, alors que l’écriture fourbissait ses premiers signes, une invention va révolutionner les échanges entre les hommes : la monnaie. La première d’entre elle était comestible puis apparurent les monnaies fiduciaires, les pièces ou les billets et bien plus tard la monnaie scripturale, comme les chèques et enfin la monnaie digitale dont le dernier avatar est le bitcoin.  Retour sur les premiers pas de cette monnaie sonnante et trébuchante… un rien alléchante…

Aujourd’hui, pour nous la monnaie est devenue monnaie courante, si l’on peut dire. On jongle allègrement avec les pièces, les chèques, les cartes bancaires, les taux de change, Paypal ou la conversion entre le Franc et l’Euro et pour les plus téméraires d’entre nous avec le bitcoin. Le porte-monnaie est presque notre porte-bonheur tant il facilite, à un point dont on n’a même plus conscience, les échanges et les relations entre les individus et les peuples.

Il y a plus de 5000 ans, point de tout cela. L’époque ne faisait pas crédit, il fallait payer cash et surtout avoir du répondant. « Tu me donnes 1kg de bœuf contre une douzaine d’œufs et 2 litres de lait ». « Ah, tu as déjà des œufs, bon, bah des salades alors, c’est bon les salades ! » Et des salades, pour se mettre d’accord, ils devaient en avoir.

La toute première monnaie était comestible

Et puis un beau jour (un jour où le ciel était probablement bleu) tout a basculé, quelque part dans le sud de la Mésopotamie, vous savez une région bénie des Dieux que l’on appelle le Croissant Fertile, aujourd’hui l’Irak. C’était 3000 ans avant notre ère et c’était à Sumer, là même où l’on a inventé l’écriture.

Pour la toute première fois, on échangea de la monnaie. Plus qu’une monnaie sonnante et trébuchante, c’était une monnaie comestible. Le grain d’orge (1).

Oui, la toute première monnaie était un grain d’orge, pas un sucre d’orge, un grain d’orge !

sicle-argent-500avjc

Sicle d’argent, 500 ans av J.-C. environ

Le principe était à la fois simple et une vraie révolution : des quantités fixes d’orge servaient de mesures. Pour cela, les Sumériens eurent l’idée de fabriquer en série des coupes standardisées qui donnèrent l’unité de mesure le silà. Acheter et vendre devinrent un jeu d’enfant : il suffisait de mesurer la quantité.

Dès lors, les salaires furent versés en silà d’orge : 60 silà par mois pour un ouvrier moitié moins pour une ouvrière (on voit d’où provient l’inégalité entre le salaire des hommes et des femmes), entre 1500 et 5000 silà pour un contremaitre (2).

La différence entre cette première monnaie et celles qui nous est familière, c’est que celle-ci avait une valeur intrinsèque : autrement dit, elle se mangeait. La contrepartie de cet avantage, c’était sa difficulté à être stockée et à être transportée. De plus, même pour les plus voraces, il était difficile d’avaler plus de 5000 litres d’orge par mois. L’idée de la monnaie était bonne mais elle pouvait être encore améliorée.

La monnaie devient un bien culturel

Pourquoi alors se limiter à une monnaie « comestible » et ne pas passer à une monnaie symbolique. L’idée semblait séduisante, à condition de disposer d’une valeur encore peu partagée : la confiance.

Cette tout nouvelle forme de monnaie vit le jour toujours en Mésopotamie, vers 2500 ans avant notre ère (2). Un sicle d’argent correspondait à un peu plus de 8 grammes. A l’époque du code Hammourabi (-1760 avant J.-C.), avec 2 sicles d’argent on pouvait s’acheter…un mouton et il en fallait 10 fois plus pour qu’un homme libre paye sa dette en cas d’assassinat d’un esclave !

Ce n’est donc pas encore une pièce de monnaie, qui sera inventé 1000 ans plus tard, mais ce n’est plus une valeur directement exploitable comme un grain d’orge…avec lequel on pouvait se nourrir.  Il est même trop tendre pour manufacturer des outils. Non, avec le sicle d’argent, on peut fabriquer des bijoux ou l’afficher pour témoigner de son rang social, mais rien de plus. Pour la première fois, on donne de la valeur à quelque chose de culturel. C’est une révolution.

La pièce de monnaie, la vraie, celle qui porte une indication de sa valeur et une marque qui atteste de l’autorité qui l’a frappée, arrive sur « le marché » vers l’an 640 avant J.-C. Son auteur : le roi Alyatte de Lydie, en Anatolie Occidentale.

La monnaie : une histoire de confiance

Quant à la confiance, petit à petit, elle s’installait dans les esprits dès lors que le régime politique inspirait confiance. Au moment de l’apogée de  l’Empire romain, la confiance était si forte que même hors des frontières de l’Empire, jusqu’en Indes et même au Japon (5), les gens acceptaient d’être payés en deniers romains.

A partir de ce moment, tout est en place pour que la monnaie accompagne notre quotidien et devienne la maîtresse irremplaçable des épiciers de tout poils.

publié le 24 septembre 2016

Les dates clés de la monnaie

  • 3000 ans av J.-C. : le grain d’orge sert de monnaie d’échange
  •  Vers 2500 ans av J.-C. : le Mina d’argent ou d’or correspond à 500 grammes environ en usage en Mésopotamie
  • Vers 2000 ans av J.-C. : la Chine utilise des coquilles Kauris
  • 640 ans av J.-C. : le roi Alyatte de Lydie frappe la première monnaie, constituée d’un alliage d’or et d’argent, l’electrum (2)
  • 290 ans av J.-C. : première officine de frappe des monnaies, à Rome
  • III ème siècle : l’empereur Romain Constantin impose le monométallisme, l’or avec une pièce le solidus
  • XIème siècle : La Chine utilise les premiers billets
  • 1287 : première planche à billets connue (Chine)
  • XVIème siècle, Copernic théorise sur le lien entre la quantité de monnaie en circulation et sa valeur
  • 1609 : première banque de dépôt créée à Amsterdam
  • 1695, pour la première fois une institution totalement indépendante, la Bank of Scotland émet des billets selon ses propres règles de prudence
  • Vers 1750, première monnaie moderne de portée internationale voit le jour en Autriche : le Maria Theresien Thaler (MTT)
  • 4 avril 1792 : les Etats Unis créent le Dollar, déformation phonétique du Thaler (2)
  • 15 aoüt1971 : fin de la convertibilité du dollar en or mise en place par les accords de Bretton Woods
  • Mars 1973 : instauration du système des changes flottant
  • 1990 : un mathématicien, David Chaum, invente la première monnaie digitale, le Digicash
  • 2002 : introduction de l’Euro après une période de transition qui a commencé en 1999.
  • 12 janvier 2009 : première transaction de Bitcoin monnaie électronique dont la valeur lors de sa première cotation vaut 0,001 USD

monnaie-dollar-euro-yen


 La monnaie, côté face

L’origine du terme « monnaie » vient du nom de la déesse romaine Juno Moneta. C’est en effet dans les dépendances de son temple, situé au Capitole à Rome, que les Romains avaient installé un atelier pour frapper les deniers de l’Empire.

L’origine du mot salaire provient de « salarium » la ration de sel versée dans les armées Romaines. A la fin de l’empire romain, les fonctionnaires étaient payés en ration de sel considéré comme une denrée rare.

Aristote (384-322 avant J.-C.) définit les trois fonctions la monnaie remplit dans un système économique : être un intermédiaire dans les échanges, être un instrument de mesure de la valeur et être un instrument de réserve de valeur.

L’origine des expressions « riche comme Crésus et  » toucher le Pactole » provient de Lydie, royaume de Crésus où coule le fleuve Pactole, riche en électrum, minerai d’or et d’argent qui servit à frapper les premières monnaies (4).

A l’origine du terme « monnaie », la moneta qui vient du latin monere avertir. Des oies consacrées à la déeesse Junon dont le temple était situé au Capitole, là où se trouvait les ateliers monétaires, auraient par leur cris averti les romains d’une invasion de la cité par les gaulois. La déesse fut alors appelée Junon Moneta. Et pour finir, fiduciaire provient du latin « fiducia », la confiance ! Eh oui, la monnaie repose avant tout sur la confiance.


1 – Refael Benvenisti, Economic Institutions of AncientAssyrian Trade in the Twentieth to Eighteenth centuries BC, Université de Jerusalem, 2001
2 –  « Sapiens, une brève histoire de l’humanité »  Yuval Noah Harari – Ed. Albin Michel, 2015
3 – http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/monnaie
4- Musée monétaire de Lausanne (Suisse)
5 – Des pièces de Monnaie de l’empereur Constantin (272-337) ont été retrouvées en septembre 2016 dans le château médiéval japonais de Katsuren. Les spécialistes  pensent que ces pièces ont pu arriver via la Chine, des commerçants chinois  ayant pu les obtenir de marchands musulmans


A visionner pour mieux comprendre :




Sur le même thème :

Ajouter un commentaire