samedi, 05 décembre 2020

Les toutes, toutes premières fois

Comment tout (ou presque) a commencé !

Les toutes premières scènes underground

(votes : 8)
Loading ... Loading ...
Posté par fabrice
 

- 176 500 ans

neandertal-pano

Men in black !

Victimes de préjugés et d’une réputation de brute épaisse qu’il ne mérite pas, Neandertal, contre toute attente, a fait preuve de maitrises que l’on pensait être l’apanage des vrais hommes, l’homo sapiens ! Parmi ces maitrises, Neandertal s’est montré capable de s’aventurer dans le fin fond des grottes obscures 140 000 ans avant notre espèce. Essayons d’y voir plus clair !

Les spécialistes en restent coi ! Et il y a de quoi : jamais, ils auraient imaginé l’homme de Neandertal (-300 000 à – 28 000 ans) capable d’autant d’audaces et de maitrises.

Grotte-Bruniquel-resizeNeandertal : déjà une grande maîtrise

Maitrise de soi pour commencer, car s’aventurer dans les profondeurs d’une grotte, loin de la lumière naturelle est déjà une prouesse en soi pour l’époque. A cela, il faut ajouter la capacité de revenir sur ses pas pour retourner à l’air libre, ce qui implique la création d’une image mentale de la topographie des lieux.

Maitrise du flambeau ensuite, car pour partir à la découverte des galeries souterraines, il fallait que ces individus fassent reculer l’obscurité et qu’ils utilisent des torches dont il fallait gérer la flamme.

Maitrise « d’ingénierie » enfin, si l’on se réfère aux structures circulaires de stalagmites construites par ces hommes. Pour y parvenir, il aura fallu qu’ils s’aventurent profondément et découvrent une salle « ornées » de ces stalagmites, qu’ils les brisent par centaine et qu’ils les assemblent pour former des petits enclos circulaires.

Tout cela s’est passé, il y a plus de 176 000 ans dans la grotte de Bruniquel dans le Tarn & Garonne, à plus de 300 mètres de l’entrée de la grotte. Il s’agit de la plus ancienne pour ne pas dire la toute première construction découverte loin de lumière du jour et l’une des toutes premières explorations primitives.

Est-il étonnant que ce grand gaillard de Neandertal qui affrontait les bêtes et inhumait ses morts et taillait déjà ses outils, n’ait pas peur du noir ?

Oui et non, car comme le souligne Jacques Jaubert(1) « encore aujourd’hui, tous les peuples ne vont pas dans les mondes souterrains ; ils sont parfois tabous, ignorés ou effraient »

Publié le 17 juin 2016

Les hommes de cavernes préféraient le grand-air !

Lorsqu’on se référe aux hommes préhistoriques, on a coutume de parler d’hommes des cavernes.

neandertal-grotte_0Eh bien, c’est une idée reçue qui est fausse. Les hommes du paléolithique, vaste période qui couvre de – 3 millions d’années à – 12 000 ans, ne vivaient pas dans les cavernes et les grottes, du moins pas régulièrement.

S’ils s’installaient parfois à l’entrée des grottes pour pouvoir bénéficier de la lumière du jour, ils n’élisaient pas domicile au fin fond des cavernes pour de simples raisons de salubrité. Humidité, obscurité, mauvaise aération, difficile d’accès, autant de raisons qui n’incitaient pas les hommes préhistoriques à s’y installer sauf de manière ponctuelle pour y déployer leurs talents d’artistes ou pour se protéger.

Les hommes des cavernes préféraient les surplombs rocheux ou construire des campements en plein air, en dehors donc des cavernes !

Sur la fin des cette période, l’homme de Cro-Magnon étaient capables d’édifier des huttes comportant des toitures faites de peaux de bêtes soutenus par des piquets comme en témoigne le site de la Vigne-Brun [Loire] (2) vieux de 23 000 ans.

 


Nous avons tous un peu de Neandertal en nous !

Neandertal jusqu’à récemment n’avait pas une bonne image. Tandis que Cro-magnon, c’est à dire nous, était vu comme l’homme idéal, son cousin, Neandertal était considéré comme une brute épaisse.

Neandertal-adn2

Mais ça c’était avant ! Depuis une bonne décennie, Neandertal est devenu plus fréquentable. Neandertal a arpenté la planète durant 200 000 ans (entre 300 000 ans et 28 000 ans environ) et a côtoyé l’Homo Sapiens, l’homme moderne, durant 8000 ans avant de disparaître, victime probablement de ce dernier.

Vision très développée, alimentation diversifiée contrairement aux idées reçues, capable d’innovations et sans doute déjà artiste dans l’âme, Neandertal se montre finalement très proche de nous.

Mais il avait des points faibles qui lui ont été fatal : moins à l’aise en matière de relations sociales et des capacités cognitives moins performantes et surtout un taux de fécondité inférieur à celui de l’Homo Sapiens.

Neandertal ayant fricoté avec l’homme moderne, il a laissé son empreinte génétique avant de disparaître.

Neandertal a « distribué » plus de 20 % de son génome à l’Homo Sapiens, répartis certes de manière inégale. On estime ainsi que les Eurasiens intègrent entre 1 et 3 % de gènes néandertaliens dans leur propre ADN. Parmi la vingtaine de gènes actifs de ce génome, on trouve ceux qui codent la production de kératine (4), -protéine des cheveux ou de la peau- ou d’autres qui jouent un rôle dans le système immunitaire entraînant aussi certaines réactions allergiques.


1 – Professeur de Préhistoire – Université de Bordeaux
2- Science & Avenir N° Hors série – Septembre-octobre 2015 – La Grande Histoire de l’humanité- P. 61
3- Science, 29 janvier 2014
4- Céline Bon, chercheuse au Muséum d’Histoire Naturelle, citée dans Science & Avenir N° Hors série – Septembre-octobre 2015 – La Grande Histoire de l’humanité- P. 59


A voir et à lire pour aller plus loin :




Sur le même thème :

Ajouter un commentaire