mercredi, 20 septembre 2017

Les toutes, toutes premières fois

Comment tout (ou presque) a commencé !

Les toutes premières marques de tendresse

(votes : 4)
Loading ... Loading ...
Posté par fabrice
 

- 1,7 million d’années

80621d5x

Et la tendresse, bordel !

Elle répond au doux nom de KNM-ER 1808, c’est une femelle adulte qui a vécu il y a 1 million 700 000 ans, dans une contrée qui correspond au Kenya d’aujourd’hui, sur les bords du lac Turkana. Elle est identifiée comme appartenant à la lignée des Homo erectus, (Homo ergaster, pour certains, correspondant aux plus anciens des Homo erectus).

En quoi mérite-elle notre attention ?

Les fractions de son squelette  témoignent qu’elle a vécu durant plusieurs semaines, voire plusieurs mois avec une maladie très handicapante : L’hypervitaminose A. Cette maladie provoque d’importantes excroissances osseuses. Elle provient d’ un régime alimentaire surdosé en vitamines A. Les spécialistes pensent qu’elle se nourrissait régulièrement de foie de carnivores. Le foie ne décomposant pas la vitamine A, il présente la particularité de stocker, à la manière d’un entrepôt, cette vitamine. Et comme pour l’alcool, la vitamine A est à consommer avec modération, conseil qu’ hélas ignorait notre protégée  !

Reconstitution de l’Adolescent du Turkana -1,54 million d’années – ElisabethDaybes Musée de la Préhistoire des Eyzies de Tavac

On sait que cette maladie provoque des douleurs horribles et une mort atroce : étourdissements, perte d’équilibre et perte de cheveux, nausées, crampes d’estomac, des nausées et des problèmes d’équilibre, problème de peaux et d’articulation.

Une âme compatissante

Dans ces conditions pour que notre KNM-ER 1808 ait pu survivre durant plusieurs semaines, il ne fait aucun doute que quelqu’un s’est occupé d’elle. Pour la nourrir, lui donner à boire, l’aider à se transporter et la protéger. Sans ce secours, avec les prédateurs, hyènes, lions, chacals et la souffrance, elle n’aurait pas survécu plus de 2 jours. Il s’agit là, du tout premier témoignage de compassion et de tendresse qu’ait connu l’humanité [1].

Au-delà de cette histoire qui peut sembler à l’eau de rose, il apparaît qu’Homo erectus, pour la première fois est capable d’humanité. Et pour cause, il est le précurseur de l’homme moderne, il se situe sur la ligne de démarcation entre les singes et les hommes. Pour certains [2], tout ce qui vient avant lui ressemblait aux singes, tout ce qui vient après, à l’homme.

Le premier de la classe

Homo erectus sera ainsi le premier de la classe dans beaucoup de domaine. Le premier à chasser, à tailler des outils complexes, les célèbres bifaces taillés en forme d’amande qui implique, pour la première fois, une inspiration à réaliser des forme prédéterminées,ce qu’on appelle l’industrie Acheuléenne. Le premier à maitriser le feu, à disposer d’une bipédie contrôlée, à établir des campements, à veiller sur ses proches comme on vient de le voir.

Son apparence devient plus humaine : les mâles mesurent jusqu’à 1,8 m et pèsent 65 kg, tandis que les femelles dépassent les 1,50 mètre ; surtout, leur volume crânien s’accroit de manière importante, passant de 800 cm3 pour les plus anciens à 1100 cm3 pour les derniers représentants.

Ce cerveau est doté pour la première fois d’une aire de Broca, lobe frontal associé au langage. Ce gros cerveau présente des avantages au niveau conceptuel mais, en contre-partie, est très énergivore. Le cerveau d’un homme actuel consomme 20 % de l’énergie nécessaire au fonctionnement du corps humain.

Les premiers Homo erectus apparaissent vers 1,9 million d’années en Afrique de l’est et vont disparaître il y a 100 000 ans. Durant ce long règne, ils vont coloniser différentes régions du globe, à raison d’une quarantaine de km par an. Franchissant pour la toute première fois, montagnes, fleuves, marécages déserts, ils seront les tout premiers globe-trotters de l’histoire et devront s’acclimater à toutes sortes d’environnements. L’Europe, l’Asie et peut-être même le continent australien leurs tendent les bras, tandis qu’eux-mêmes tendent leurs bras vers leurs proches. La tendresse…comme ligne d’horizon.


Les Homos, une grande lignée :

  • Homo habilis : à partir de 2,5 millions d’années, apte à la bipédie, il utilise les premiers ouitls
  • Homo ergaster : ancêtre des homo erectus (parfois les deux étant associés), entre sur scène voici 1,9 million d’années
  • Homo erectus : A partir de 1,8 millions d’années environ, les premiers à envahir le monde, sauf l’Amérique et peut-être l’Australie
  • Homo neanderthalis : issus de l’évolution des homo erectus européens, il apparaît selon les sources entre – 200 000 et 100 000 ans et vont disparaître vers – 33 000 ans.
  • Homo sapiens : apparaît en Afrique, il y a moins de 200 000 ans (150 000 ans selon les sources récentes) et arrive en Europe, voici 40 000 ans, sous la forme de l’homme de Cro-Magnon.
  • Sans compter, les Homo rudolfensis (rattaché désormais aux Kenyanthropes), homo heidelbergensis, homo antecessor

[1] auteurs de «L’homme de Java, Homo erectus », cité dans Une histoire de Tout ou presque – Bill Bryson – Petite bibliothèque Payot
[2] Walker, Alan et Pat Shipman, 1996. La sagesse de l’os, (New York : Alfred Knopf)


A visionner pour mieux comprendre :

 

<iframe width= »560″ height= »345″ src= »http://www.youtube.com/embed/87h_7s8D6Xg » frameborder= »0″ allowfullscreen></iframe>

A voir et à lire pour aller plus loin :

  • Une histoire de tout, ou presque…Posez une question, Bryson y répond dans ce livre clair, synthétique, vivant, qui conjugue avec bonheur science et sourire. Vous y apprendrez sans efforts par quels hasards, traits de génie, intuitions, déductions, expérimentations, débats, les hommes en sont arrivés à connaître le monde tel qu’ils le connaissent aujourd’hui. Tout y est (ou presque) de l’histoire des sciences, de notre planète et de l’univers. Un merveilleux compagnon, dont la lecture devrait être recommandée à tous les collégiens… et à leurs parents ! Ce livre a reçu aux États-Unis, en 2004, le prestigieux prix Aventis du meilleur livre de vulgarisation scientifique et, en 2005, le prix Descartes pour la communication scientifique, qui lui a été décerné par l’Union européenne.



Sur le même thème :

Ajouter un commentaire