vendredi, 21 juillet 2017

Les toutes, toutes premières fois

Comment tout (ou presque) a commencé !

le tout premier primate

(votes : 3)
Loading ... Loading ...
Posté par fabrice
 

- 55 millions d’années

Le tout premier rejeton de la famille

Je m’appelle Archicebus ; on dit que j’ai l’allure d’un tout petit lémurien. J’ai vécu en Asie, voici 55 millions d’années. Qui suis-je ? L’un des tout premiers primates. Sans moi, vous ne seriez pas là. Portrait de famille.

Archicebus Achilles (dénomination complète), un nom qui aurait pu sortir tout droit de l’imagination d’Hergé, serait donc l’aîné d’une famille nombreuse qui aboutira 55 millions d’années plus tard à l’homme. Autrement dit, le tout premier des primates, du moins le plus ancien connu. Mais alors, avons-nous un air de famille ?

Par rapport à un dinosaure, oui mais sinon ce n’est pas frappant ! Archicebus a les pieds d’un petit singe mais une longue queue. Ses doigts sont osseux et tout fins, ses yeux sont étonnamment petits. Il pèse moins de 30 grammes et mesure que 7 cm, soit 2 cm de moins que le plus petit des lémuriens connus.

Un être hybride

C’est un être hybride, doté d’attributs d’un petit singe comme les pieds mais aussi des caractéristiques d’un primate primitif tels que ses membres et ses dents. A l’évidence, son squelette témoigne d’un très bon sauteur arboricole qui se nourrissait principalement d’insectes. Contrairement à la plupart de ses congénères, il semblait vivre plutôt le jour.

Les paléontologues l’ont donc baptisé Archicebus, ce qui signifie « premier singe à queue »(1). Sa découverte, qui remonte à 2003, donne un coup de jeune à la lignée. Jusqu’à présent, le plus ancien primate recensé, était daté de 47/48 millions d’années soit, 7 millions d’années de moins (cf encart).

L’Asie, notre berceau !

Archicebus arbre de l'evolution

Mais le plus important n’est pas là. Archicebus vivait en Asie. Dans une Asie au climat si chaud que les palmiers s’étendaient jusqu’en Alaska ; d’une manière générale, le climat de l’époque était de 10 degrés supérieur à celui d’aujourd’hui.

La découverte du squelette d’Archicebus, en Chine en 2003(2), confirme le fait que les premiers pas décisifs dans l’évolution des primates ont été, sans doute, accomplis en Asie et non pas en Afrique comme on le pensait encore récemment (3).

Les tout premiers anthropoïdes – singes à la morphologie proche de celle de l’homme – qui auraient donc fait leurs premiers pas en Asie vont ensuite migrer vers l’Afrique. Continent, qu’ils atteindront il y a 38 millions d’années.

Puis, il faudra encore attendre une trentaine de millions d’années pour assister à la divergence entre grands singes et humains. Cet événement se produira voici 5 à 10 millions d’années.

Il y a 55 millions d’années, les primates vont donc se développer et connaître l’essor le plus spectaculaire jamais rencontré par un être vivant, ce qui conduira à l’homme.


Le lac de Messel : le coffre aux trésors fossiles

Il s’agit d’un ancien lac situé en Allemagne près de Darmstadt qui remonte à 50 millions d’années et asséché depuis. Il était entouré à l’époque de forêts tropicales luxuriantes, lieux d’une incroyable biodiversité.

Issu d’un ancien volcan, le lac était très profond.  Ses profondeurs étaient pauvres en oxygène mais chargées en gaz toxiques. Intoxiqués par ces vapeurs, les animaux qui s’en approchaient suffoquaient avant de tomber dans l’eau. C’est grâce à ce bouillon de minuit qui deviendra de la boue, puis se solidifiera que les organismes fossilisés seront si bien conservés. On y a retrouvé des squelettes entiers articulés, ainsi que des plumes ou poils, et même le contenu d’estomacs.

Devenu une carrière de schiste bitumeux, le site de Messel est, depuis 1995, classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco. Et pour cause, c’est le site fossilifère le plus riche au monde : on y a recensé des primates, des chevaux, des marsupiaux, des rongeurs, des chauves-souris. Il y a aussi 43 espèces d’oiseaux, 31 de reptiles et plus de 10 000 fossiles de poissons.

Le fossile Ida retrouvé sur le site de Messel

Le fossile Ida retrouvé sur le site de Messel

En 1983, on y fit une découverte considérée comme majeure au moment de la publication des travaux en 2009. Certains y décelaient déjà le fameux « chaînon manquant » entre l’homme et le singe. Cette légende fossilisée et médiatisée fut baptisée Ida, appelé aussi Darwinus massillae en hommage à Darwin.

Ida, âgé de 47 millions d’années (donc de 7 millions d’années le cadet d’Archicebus), était-il le chaînon manquant ou tout simplement l’ancêtre des lémuriens ? Aujourd’hui, sa place unique dans l’arbre de l’évolution de l’Homme demeure controversée car l’étude apparait après coup très incomplète.

Archicebus peut-il prétendre à prendre sa place, du moins médiatiquement parlant ?


1 – Son nom complet est Archicebus achilles, achilles étant une référence au guerrier Grec et à son célèbre talon, clin d’œil à l’anatomie particulière de la cheville du petit singe. Source : Le Monde des Sciences du 5 juin 2013 ; pour en savoir plus : http://lc.cx/JVj;
2- Travaux conduits par une équipe de paléontologues chinois menée par le chercheur Xijun Ni, de l’Académie des sciences de Pékin et publiés le 5 juin 2013 dans la revue Nature;
3- Selon Chris Beard du Carnegie Museum of Natural History de Pittsburg (USA), membre de l’équipe dirigée par le chercheur Xigun Ni de l’Académie des sciences de Pékin;
4- Record tenu par le lémurien pygmée de Madagascar le « microcèbe de Mme Berthe » (Microcebus Berthae) qui mesure 9 cm


A visionner pour mieux comprendre :

 




Sur le même thème :

Ajouter un commentaire